De la servitude à la liberté (partie 1)

Temps de lecture : 2 min.

La servitude… « Est-ce là vivre heureusement? Est-ce même vivre? » disait Étienne de La Boétie[1].

Depuis le début mars 2020, la Covid-19 est devenue le seul paramètre sur lequel s’appuient les décisions gouvernementales. De ce fait, elle est devenue notre nouveau contexte social régissant notre façon d’être et d’agir entre nous.

Rendus en l’an 2021, nous sommes plus que jamais à la merci de décisions politiques et non sanitaires, même si le gouvernement réfère à des « moyens » sanitaires, ex. : masques, vaccins, pour gérer cette « pandémie ».

L’instrumentalisation de cette Covid-19 à des fins politiques s’est révélée par l’incohérence entre le motif : être protégé d’une maladie « mortelle », et les faits : chiffres[2], informations scientifiques indépendantes[3] et la gestion de cette soi-disant pandémie.[4]

L’ignorance des faits par le gouvernement et le renforcement du discours d’être protégé à tout prix a pour effet d’alimenter des peurs… surtout celle de mourir. « Plus vous êtes effrayés, plus vous construisez des connexions de peur dans votre cerveau. »[5] – Raël

Cette peur exacerbée provoque un sentiment irrationnel de vouloir se sentir en sécurité, d’où le besoin de se protéger (soi-même et l’autre) en appliquant les mesures… et ce au détriment de sa liberté.

Comment se fait-il que les mesures soient suivies par le peuple?

Dans son texte Discours sur la servitude volontaire[6], La Boétie a su démontrer que la servitude n’est pas forcée, elle est en vérité volontaire. Il s’est posé la question suivante : « Comment concevoir qu’un petit nombre contraint l’ensemble des autres citoyens à obéir aussi servilement? »

Pour lui, tout pouvoir, même quand il s’impose par la force des armes, ne peut dominer et exploiter durablement une société sans la collaboration, active et résignée, d’une partie notable de ses membres. En un mot, la tyrannie repose moins sur la répression que sur la dépossession volontaire de sa liberté.

Ce propos nous éclaire sur notre responsabilité individuelle et collective à se soumettre ou non. Effectivement, obéir est notre décision qui s’explique par une motivation (un besoin ou une peur). Seule la motivation pour laquelle la décision est prise diverge d’une personne à l’autre. Voici des exemples :

  • Motivé par le besoin financier, ex. : garder son emploi;
  • Motivé par le besoin de recevoir des soins ou des services, ex. : achat de nourriture, rendez-vous médicaux, etc.;
  • Motivé par la peur de ne pas être rassuré, de ne pas se sentir protégé, ex. : pour sa santé;
  • Motivé par la peur d’avoir des représailles, ex. : contravention, mise à pied;
  • Motivé par le besoin de faire son devoir, ex. : protéger son proche;
  • Motivé par le besoin d’être un bon citoyen, ex. : démontrer sa solidarité à protéger les autres;
  • Motivé par le besoin de s’en remettre à quelqu’un d’autre, ex. : « Il sait mieux que moi ce qui est bon pour moi »;
  • Motivé par le besoin de s’accointer avec l’autorité, ex. : par intérêts personnels ou obtenir des faveurs;
  • Motivé par… « la peur d’être jugé par les autres pour ne pas se conformer ou se comporter “comme tout le monde” »[7] – Raël

Combien de personnes croient que cette obéissance est obligatoirement imposée? Nous pouvons nous sentir contraints, forcés de suivre les mesures. Un sentiment fort de culpabilité peut émerger à l’idée d’une désobéissance.

Accepter d’être dans ce contexte social ne veut pas dire que nous sommes en accord avec celui-ci. Pouvoir agir sur la situation est possible et nous préserve de se sentir soumis, même si nous avons à suivre ces mesures.

Allons voir comment dans De la servitude à la liberté, (partie 2).

Rachel Bluteau, chroniqueuse
Mouvement Raélien Canadien

[1] Étienne de La Boétie : Écrivain humaniste et poète français (1530-1563). Célèbre pour son texte Discours sur la servitude volontaire.
[2] https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees
[3] https://reinfocovid.fr
[4] https://reinfocovid.fr/articles_video/astrid-stuckelberger-comprendre-la-gestion-de-la-pandemie-la-tribune-reinfo-27-12-20/
[5] Paroles du Maitreya, 42 ans d’éveil de A à Z. La Mort, p.70
[6] Discours de la servitude volontaire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_la_servitude_volontaire
https://www.erudit.org/fr/revues/ltp/1988-v44-n2-ltp2131/400373ar.pdf
[7] https://www.facebook.com/maitreyarael/   2020-10-12

X