Lorsque Steven Spielberg offrait au monde entier le premier film “Jurassic Park” en 1993, il ne réalisait peut-être pas que dans un avenir pas si lointain, les avancées de la science permettraient de concrétiser le projet considéré alors comme de la science-fiction de recréer des espèces depuis longtemps disparues. En effet, sur le site Internet du Daily Geek Show, un article a pour titre : « Un laboratoire digne de Jurassic Park va ouvrir pour ramener des espèces préhistoriques à la vie »! https://dailygeekshow.com/laboratoire-clonage-especes-disparues/.

Jean Riendeau, Chroniqueur

Ce laboratoire qui recevra un investissement de 6 millions de dollars verra le jour en Sibérie, et les chercheurs utiliseront de l’ADN de mammouths conservé dans le pergélisol depuis des milliers d’années, ainsi que l’ADN d’autres espèces comme le rhinocéros laineux entre autres animaux disparus. Outre l’intérêt suscité par un tel projet de laisser miroiter la réalisation d’un vieux rêve consistant à la construction d’un véritable parc jurassique avec des animaux « ressuscités », l’urgence provoquée par la disparition définitive de centaines sinon de milliers d’espèces animales et végétales sur notre planète et ce à un rythme accéléré dû à l’activité humaine, la possibilité de recréer des espèces disparues récemment ou depuis très longtemps apporte un vent d’espoir afin d’inverser la tendance. Dans son livre « Oui au clonage humain », Raël cerne très bien l’immense potentiel d’une telle percée scientifique : « Il disparaît sur terre chaque jour à cause de la pollution une centaine d’espèces animales et végétales. Grâce au clonage, elles pourront être sauvées et certaines déjà disparues, ramenées à la vie » (P.129).

Mais se pourrait-il que ces expériences soient le prélude à quelque chose de beaucoup plus prestigieux, à peine imaginable avec les moyens dont nous disposons aujourd’hui? Se pourrait-il qu’en bout de ligne, nous réussissions à créer la vie, une vie 100% synthétique? Raël en 1973 a été rencontré par un extraterrestre qui lui a remis un message, duquel a été publié un livre « Le Message donné par les extraterrestres ». Lors de la première rencontre, l’extraterrestre lui dit ceci : « Il y a très longtemps, sur notre planète lointaine, les hommes étaient arrivés à un niveau technique et scientifique comparable à celui que vous aurez bientôt. Ils commencèrent à créer des formes primitives et embryonnaires de vie, des cellules en éprouvettes. Cela « emballa » tout le monde. Ils perfectionnèrent leurs techniques et arrivèrent à créer de petits animaux bizarres, quand l’opinion publique de notre planète et le gouvernement interdirent à ces savants de poursuivre leurs expériences et de créer des monstres qui pouvaient devenir dangereux pour la communauté. Un de ces animaux s’était en effet évadé et avait fait plusieurs victimes. Comme, parallèlement, l’exploration interplanétaire et intergalactique avaient progressé, ils décidèrent de partir sur une planète lointaine, réunissant à peu près toutes les conditions pour qu’ils puissent y poursuivre leurs expériences. Ils choisirent la terre où vous vivez. »

On comprend ici que ces extraterrestres, nommés « Élohim » (Ceux qui sont venus du ciel) dans la bible originelle, en venant poursuivre leurs expériences ici sur terre, ont créé toutes les formes de vie. Advenant une destruction complète de toute forme de vie sur la terre provoquée soit par une guerre nucléaire, soit par des cataclysmes déclenchés par la pollution, peut-être n’aurons-nous pas le choix si nous voulons survivre, de sauvegarder le maximum d’espèces, et d’aller nous établir ailleurs.

Mais pour le moment, nous n’avons ni le niveau scientifique suffisant pour créer la vie, et les engins spatiaux ne sont pas assez perfectionnés pour nous permettre d’aller nous établir sur une autre planète ou dans un autre système solaire. Donc le choix qu’il nous reste, c’est d’en venir à la paix mondiale, c’est maintenant une question de survie!

Jean Riendeau
Chroniqueur pour le Mouvement Raélien Canadien.

X