Temps de lecture : 2 minutes
Temps de lecture : 2 minutes

Lors d’une conférence sur la révolution du transhumanisme donnée par le philosophe et politologue français Luc Ferry, on y apprenait beaucoup de choses étonnantes, ou disons étonnantes pour le public en général, un public non préparé, si je puis dire, à des révélations faites bien avant lui par le prophète Maitreya Raël. Il faudra encore quelques années, nous dit Luc Ferry, pour que l’intelligence artificielle fasse disparaître un bon nombre d’emplois désuets.

Un des premiers exemples apportés est l’automobile qui sera entièrement autonome. Une machine sophistiquée régie par ordinateur, un processus inévitable du développement scientifique où l’on ne peut revenir en arrière. Peut-on imaginer, dit-il bien candidement, voyager encore dans une diligence au 21e siècle? Même le radiologue verra de plus en plus son travail exécuté par des robots beaucoup plus performants que lui. Étonnamment, les chirurgiens seront donc remplacés un jour.

N’est-ce pas là le reflet de la démystification incontournable de l’ère moderne? L’homme n’est plus le centre du monde. Ce que l’on appelle l’anthropocentrisme, qui voit l’humain comme une entité centrale la plus significative de l’univers, est en train de disparaître. L’intelligence artificielle peut supplanter l’humain dans tous les domaines. Luc Ferry parle aussi de la probabilité de vivre jusqu’à 150 ans selon les transhumanistes, d’autres font repousser l’espérance de vie à 1000 ans.

Tout dernièrement paraissait sur le site Internet de Radio-Canada un article intitulé Microsoft licencie ses journalistes et les remplace par des robots. Si l’ordinateur peut diriger une voiture ou pratiquer une opération délicate sur un patient par l’entremise d’un robot, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il fasse la même chose pour la sélection de nouvelles dans un grand média d’information. Mais tout ça était prévu il y a plus de 40 ans par le prophète Raël. L’une des définitions de ce qu’est un prophète est « celui qui annonce ce qui va arriver ». Raël nous disait en 1979 : « L’homme est donc en train de découvrir par la machine qu’il n’a rien en lui de mystérieux, ni quant à ses origines, ni quant à son comportement. Tout ce qu’un homme est capable de faire, un ordinateur est capable de le faire et, qui plus est, beaucoup mieux. » Raël, Accueillir les extraterrestres, page 62

C’est en cela, je pense, que Maitreya Raël est un démystificateur. Pour ce qui est de vivre 1000 ans selon les probabilités de certains scientifiques, on peut comprendre pourquoi dans la bible il est mentionné que certains hommes ont vécu très longtemps. Si la science ouvre la voie à des espoirs de vie extraordinairement prolongée, cela ne ressemble en rien à une fable ou à du délire mystique de religieux obnubilés par des écrits anciens. À propos des premiers hommes créés par une civilisation extraterrestre, il est dit en page 35 du Livre qui dit la Vérité de Raël : « Ils obtinrent ainsi qu’on fasse bénéficier les chefs de ces premiers hommes de l’arbre de vie, ce qui explique que ceux-ci vécurent si longtemps : Adam neuf cent trente ans, Seth neuf cent douze ans, Énosh neuf cent cinq ans, etc. (Genèse, V, 1-11) »

Les prodiges de l’intelligence artificielle dévoilés par Luc Ferry, ou la décision de Microsoft de licencier des journalistes pour les remplacer par des robots, peuvent se résumer en une phrase qui décrit dans une vision panoramique l’histoire du monde et cela dès les années 70 par Raël que l’on peut donc qualifier de démystificateur dans Le livre qui dit la Vérité, page 95 : « Il n’y a pas de miracle, il n’y a que des décalages de civilisations. »

 

Jean Renaud
Chroniqueur pour l’Église Raélienne
Juin 2020