Lettre ouverte à Mr. Jean-François Roberge,
Ministre de l’Éducation

En tant que responsable canadienne de la campagne SexEd Day et diplômée en sexologie, je tiens à attirer votre attention sur l’importance de l’éducation sexuelle à partir de 5 ans, incluant de l’information sur la masturbation.

En décembre 2009, l’UNESCO1 a publié un rapport scientifique contenant des directives internationales en matière d’éducation sexuelle. Ces orientations comprenaient des objectifs d’apprentissage répartis par classe d’âge (5 à 18 ans et +) qui intégraient, entre autres, la relation au plaisir, les diversités sexuelles et la santé sexuelle reproductive.

On y retrouvait, pour le groupe des 5 à 8 ans, des enseignements comme :

  • La plupart des enfants sont curieux de connaître leur corps
  • Il est naturel d’explorer et de toucher des parties de son propre corps
  • Les corps peuvent se sentir bien lorsqu’ils sont touchés
  • Toucher et frotter ses parties génitales s’appelle la masturbation
  • Certaines personnes se masturbent et d’autres non
  • La masturbation n’est pas nocive, mais doit être pratiquée en privé

 

Étonnamment, cet enseignement des plus cruciaux a pratiquement disparu du rapport de l’UNESCO en 20102, section 5.1 Sexe, sexualité et cycle de la vie sexuelle pour le groupe des 5 à 8 ans !

En 2018, rien n’apparait plus quant à la masturbation dans le rapport de l’UNESCO3, section 7.2 Comportement sexuel et réponse sexuelle pour le groupe des 5 à 8 ans. L’abstinence totale !

Pourquoi l’UNESCO est-elle devenue si prude ! Il est pourtant crucial de se libérer de la gêne et des interdits judéo-chrétiens que suscitent le plaisir et la masturbation, pour le bien de nos futures générations.

Il est tout à fait important d’apprendre à un enfant à lire et à compter, à communiquer et à comprendre ses émotions. Mais il est aussi primordial de lui apprendre à comprendre son corps et à se sentir bien avec ce dernier ; ce qui inclut le plaisir sexuel que son corps peut lui procurer, et ce, même s’il est encore jeune.

On retrouve pourtant, dans toutes les écoles du monde, des dictionnaires qui donnent la définition du mot masturbation, tel Le Petit Robert pour qui elle est : « Une pratique qui consiste à provoquer le plaisir sexuel par l’excitation manuelle des parties génitales. »

Plusieurs de mes confrères sexologues (entre autres, François Renaud et Marion Bertrand-Huot4) confirment eux aussi que les enfants ne sont jamais trop jeunes pour entendre parler de sexualité ; ceci inclut la masturbation. On peut alors apprendre à l’enfant le nom des parties génitales, à quoi elles servent, révéler que la masturbation génère d’agréables sensations et aussi leur dire où et dans quel contexte il est approprié de s’adonner à ce petit jeu sensuel et sexuel.

La masturbation est souvent la première expérience du plaisir sexuel. Si les éducateurs et enseignants sont capables d’expliquer que l’anus sert à éliminer les selles, il faut aussi qu’ils soient en mesure d’enseigner que le pénis ne sert pas uniquement à uriner, mais aussi à obtenir du plaisir ; tout comme d’expliquer que le clitoris n’a aucune autre fonction que celle de procurer du plaisir. Pourquoi la notion du plaisir sexuel dérange-t-elle à ce point dans l’éducation ? On enseigne le plaisir du sport, le plaisir du partage, mais lorsqu’il est question de plaisir sexuel, les spécialistes de l’éducation restent bouche bée.

La campagne SexEd Day, initiée par Raël, le leader spirituel de la philosophie raélienne, défend le droit à une éducation sexuelle de qualité et sans tabous auprès des enfants. C’est, à notre sens, ce que nous pouvons leur offrir de plus beau dans la vie. Cette éducation doit inclure la masturbation qui est une étape indispensable dans le développement humain. « Tu éveilleras l’esprit de ton enfant, mais tu éveilleras aussi son corps, car l’éveil du corps va de pair avec l’éveil de l’espritL’éducation sensuelle doit apprendre comment l’on peut avoir du plaisir par ses organes, en ne recherchant que le plaisir; sans rechercher forcément à utiliser ses organes dans le but utilitaire qui est le leur.» – Raël 5

Selon nous, les experts en éducation sexuelle qui reconnaissent l’importance du plaisir et de l’éducation sexuelle devraient être les seuls à décider du contenu pédagogique ; ceci avec l’unique souci de contribuer à l’épanouissement des enfants.

«La masturbation est l’activité de base. Tout ce que nous faisons d’autre n’est que la socialisation de notre vie sexuelle.6» – Betty Dodson

En tant que responsable de l’Éducation, cher M. le Ministre, vous comprendrez qu’il est urgent que le rapport de l’UNESCO sur l’éducation à la sexualité pour les 5 à 8 ans retrouve l’intégralité qu’il avait en 2009.

Nous comptons sur votre influence et votre soutien afin que cette initiative soit transcrite rapidement dans les programmes scolaires et éducatifs.

Vous remerciant de votre bienveillante attention, je vous prie de croire à l’expression de mes sentiments distingués.

Denise Desrochers,
Diplômée en sexologie,
Responsable canadienne du SexEd Day,
denisedesrochers@gmail.com

Site SexEd Day : https://www.rael.org/events/international-sexed-day/?nocache

1. UNESCO (2009). Principes directeurs internationaux sur l’éducation sexuelle. Une approche factuelle à l’intention, des établissements scolaires, des enseignants et des professionnels de l’éducation à la santé. Paris : UNESCO. https://reliefweb.int/report/world/international-guidelines-sexuality-education-evidence-informed-approach-effective-sex page 48 du document PDF
2. UNESCO (2010). Principes directeurs internationaux sur l’éducation sexuelle. Une approche factuelle à l’intention, des établissements scolaires, des enseignants et des professionnels de l’éducation à la santé. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000183281_fre
3. UNESCO (2018) Principes directeurs internationaux sur l’éducation sexuelle. Une approche factuelle
https://www.unfpa.org/sites/default/files/pub-pdf/266214fre.pdf
4. https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/penelope/segments/chronique/162159/education-sexuelle-masturbation-parents-enfants
5. Le Message donné par les Extra-Terrestres, p. 169. https://www.rael.org/fr/telechargement/
6. “Persistent Pleasures: Agency, Social Power, and Embodiment in Women’s Solitary Masturbation Experiences”, p. 24 https://academicworks.cuny.edu/gc_etds/1955/
X