Nous apprenions tout récemment qu’un scientifique chinois, He Jiankui, aurait réalisé la première modification génétique humaine en intervenant sur les gènes de deux jumelles.

Jean Riendeau, Chroniqueur

Ce scientifique affirme avoir effectué cette édition génétique des embryons, « pour prévenir chez deux bébés nés ce mois-ci toute future infection au VIH, le virus qui provoque le sida ». Comme le laisse entendre cet article publié sur le site Internet de Radio-Canada le 27 novembre 2018, « Tollé contre les modifications génétiques de bébés », cette nouvelle n’a pas reçu un accueil chaleureux de la communauté scientifique, c’est le moins qu’on puisse dire!

Les comités d’éthique s’affolent, quelque 120 scientifiques chinois ont signé une lettre afin de prévenir que « La boîte de Pandore a été ouverte »! Alors, faut-il oui ou non « jouer » avec le génome humain, toute modification à cette échelle relève-t-elle du sacrilège, cela interfère-t-il avec un plan supérieur alors qu’un Être Suprême, Dieu pour le nommer, interdirait toute manipulation qui modifierait de quelque manière que ce soit son « œuvre originale »? Mais ces principes d’ordre religieux apportent-ils une réponse éclairée à un problème qui relève plutôt de la science? Raël, dans son livre « Oui au Clonage Humain », amène plutôt un éclairage rationnel à cette question qui ébranle les convictions actuelles : « Actuellement on laisse faire le hasard, souvent baptisé « la volonté de dieu » par ceux qui sont suffisamment primitifs ou superstitieux pour y croire ». Il ajoute : « Mais très bientôt toutes les caractéristiques de l’enfant vont pouvoir être sélectionnées. On pourra réellement avoir « un enfant à la carte ». Les arguments de ceux qui s’opposent à ces possibilités sont totalement ridicules ». P53.

Cela signifie qu’on pourra non seulement corriger, comme dans le cas des deux jumelles, un gène porteur de maladies, mais aussi choisir des caractéristiques précises de l’enfant à naître, allant de la couleur des yeux aux aptitudes pour la science, l’art ou le sport. Les comités d’éthique vont avoir du pain sur la planche! D’ailleurs, dans un récent communiqué de Presse sur ce cas précis des jumelles chinoises, Raël se prononce sans équivoque : « Raël a expliqué que cette modification génétique est une technologie merveilleuse qui ne mènera pas à la création d’une élite ou d’une « race supérieure », mais à l’amélioration de l’humanité toute entière. ». Et dans le même communiqué, Raël livre le fond de sa pensée au sujet des comités d’éthique : «Les scientifiques préoccupés par l’éthique craignent que certaines modifications ne soient « dangereuses pour l’avenir de l’humanité », alors que chaque jour des millions de personnes ont des enfants ayant des maladies génétiques causées par des drogues, médicales ou non, alcool, tabac, radiations nucléaires (Fukushima), pollution et, plus important encore, par le stress », a déclaré Raël. « Et craindre qu’un petit nombre d’enfants génétiquement modifiés, en mieux, aient un impact sur l’avenir de l’humanité est risible », a-t-il poursuivi.

Même si certains affirment que He Jiankui n’a pas respecté le protocole scientifique en prenant l’initiative d’effectuer des corrections sur les embryons, qu’il crée un dangereux précédent, nous ne pouvons laisser certains principes issus de religions primitives où les superstitions dominent s’inscrire comme des balises pour paver la voie à notre avenir comme humanité. La science de demain et toutes ses promesses frappent à la porte, alors laissons le champ libre aux chercheurs soucieux de soulager l’être humain de ses tares génétiques, et qui envisagent de créer « l’homme nouveau ».

Jean Riendeau
Chroniqueur pour l’Église raëlienne